Ed Kenyon ADAMSON
Bienvenue

            Je   n’ai   pas   choisi   d’être   artiste   par   vocation,   c’est   quelque   chose   qui   m’est   tombé   dessus   sans   que   je   m’en   rende   compte.   Je devais   avoir   neuf   ou   dix   ans.   Cloué   au   lit   pendant   de   longues   semaines   suite   à   une   maladie   longtemps   oubliée,   j’ai   commencé à   dessiner   et   continué   à   dessiner   pendant   mon   isolement.   Depuis   cette   époque-là,   l’amour   pour   le   dessin   ne   m’a   plus   quitté,   le dessin   est   devenu   une   partie   intégrale   de   mon   art,   le   trait   se   cachant   tantôt   sous   la   peinture   tantôt   s’y   superposant,   les   deux faisant partie de la composition finale.             Bien   sûr,   l’idée   de   faire   une   carrière   d’artiste   ne   vient   pas   à   l’esprit   d’un   enfant   de   neuf   ou   dix   ans.   C’est   venu   plus   tard,   à   l’âge de    dix-huit    ans.    Ayant    terminé    mes    études    avec    des    résultats    mitigés    ne    donnant    aucune    indication    d’une    orientation spécifique,   mes   parents   décidèrent   que   ma   carrière   serait   dans   la   finance.   J’avais   “un   cerveau   mathématique”.   Cette   décision fût   la   cause   de   mon   premier   acte   de   rébellion   majeur.   J’étais   jusqu’à   là   un   enfant   obéissant,   la   plupart   du   temps   prêt   à   faire   un effort pour faire plaisir, un enfant “docile” dirait-on.    “Non! ” répondis-je. “Ce que je veux, c’est être un artiste et vivre à Paris”. Bien sûr, ce n’est pas comme ça que ça s’est passé.     On m’a rétorqué que j’avais échoué non pas une, mais deux fois en français à l’école. “Comment voulais-je survivre si je ne pouvais même pas converser avec les gens ?” Difficile   d’argumenter   dans   ces   conditions-là.   Ma   carrière   “d’artiste”   tant   rêvée   prit   donc   quelque   temps   pour   se   réaliser   et suivit une voie subversive.          à   l’âge   de   vingt   et   un   ans,   en   guise   de   cadeau   d’anniversaire,   j’étudiai   pendant   une   brève   période   avec   Peter   Lanyon,   un artiste   abstrait   britannique   à   St.   Ives   dans   la   Cornouaille.   St   Ives   était   à   cette   époque   le   centre   de   la   peinture   abstraite britannique.   Renommé   au   point   que   quelques   mois   plus   tôt,   l’expessionniste   abstrait   Mark   Rothko   s’y   était   rendu.   Ce   fut   la seule fois de sa vie qu’il voyagea en dehors des Etats Unis. Malheureusement pour moi, nous n’avions pas pu nous rencontrer.             Plus   tard,   beaucoup   plus   tard,   quand   je   travaillais   à   Munich,   mon   chef   de   l’époque   me   donna   son   feu   vert   pour   que   je   puisse prendre un après-midi par semaine afin de travailler avec un groupe “d’artistes professionnels” à “l’Akademie der Bilden Kunst”. C’est   là-bas   que   se   rencontrèrent   pour   la   première   fois   les   artistes   qui   créèrent   le   groupe   “Blaue   Reiter”   avec   à   leur   tête   le peintre abstrait  Kandinski. Et ce, jusqu’à ce que j’arrive en France où j’ai exposé mes peintures et suis devenu “coloriste”.

“Romantique, rêveur, artiste”