Ed Kenyon ADAMSON
Méthode

“Je suis le plus heureux quand je fais agir une

couleur contre sa volonté” - citation de Josef

Albers, artiste minimaliste allemand.

           Je   me   retrouve   bien   dans   cette   phrase,   et   c’est   ainsi   que je   travaille   avec   les   couleurs.   Je   recherche   des   couleurs   et des     jeux     de     couleur     différemment     d’autres     artistes, utilisant   des   teintes   qui   ne   sont   pas   forcément   assorties. Quand    je    réussis    (ce    qui    n’est    pas    toujours    le    cas),    je ressens   une   vague   d’émotion,   un   sentiment   de   bien-être, voire   de   béatitude.   Pourquoi   m’a-t-il   fallu   autant   d’années pour devenir “coloriste” ?          La   raison   est   plus   prosaïque   que   je   ne   m’imaginais.   C’est très   simple.   Il   y   a   quelques   années   j’ai   juste   changé   de technique.   Au   lieu   d’utiliser   de   la   peinture   à   l’huile,   j’utilise la    peinture    acrylique.    La    peinture    à    l’huile    met    une semaine   pour   sécher   tandis   que   l’acrylique,   si   on   l’applique légèrement,   ne   met   que   quelques   minutes.   De   cette   façon, en    utilisant    de    la    peinture    acrylique,    je    peux    sans    trop attendre,   cacher   une   teinte   offensante   dans   un   minimum de   temps,   puis   essayer   autre   chose   sans   interrompre   mon train   de   pensée.   Ces   diverses   couches   de   peinture   l’une sur l’autre créent ainsi un “impasto” satisfaisant.          Souvent,   on   me   demande   si   ma   peinture   est   un   collage. Je   pense   que   c’est   dû   aux   traits   que   je   dessine   dans   la composition.   Je   les   réalise   avec   un   crayon   à   mine   tendre, ou   avec   une   mine   dure,   parfois   même   avec   un   couteau émoussé.   A   chacun   sa   qualité;   les   diverses   parties   de   la peinture    identifient    l’instrument    utilisé,    donnant    ainsi    à chaque partie une vie individuelle. Ma propre calligraphie.
Hiver, Oeyregave Collection privée
         Je   peins   essentiellement   des   paysages,   un   sujet   qui m’attire,   surtout   à   cause   de   mon   côté   romantique   et rêveur.   Ma   femme   me   dit   que   je   suis   le   moins   “pratique” des    hommes.    Pourtant,    je    considère    que    ces    deux facettes   de   mon   caractère   sont   plutôt   positives,   surtout pour   ma   vie   d’artiste.   Quand   je   peins,   je   vois   au-delà   de ce   qui   est   en   face   de   moi,   qui   constitue   pour   moi   le point   de   départ,   le   point   de   divergence.   Je   commence par   des   aspects   différents   de   ce   qui   s’offre   à   moi,   tantôt je     les     présente     comme     une     continuation,     tantôt simultanément    en    juxtaposition.    Par    ailleurs,    j’aime donner     à     mes     peintures     le     sens     de     l’imaginaire, transporter    le    spectateur    dans    un    autre    monde,    un monde   très   différent,   un   monde   où   la   fantaisie   se   fait désirer.                   
Dans le Languedoc Collection privée